Yves de la Tour d'Auvergne

Yves de La Tour d'Auvergne, Jean-Christophe Estrampes
15/09/2017 - 06/10/2017

Dossier de presse

Communiqué de presse

YVES DE LA TOUR D’AUVERGNE
C’est au début des années 70 que de nombreux
collectionneurs français et étrangers découvrent
et acquièrent les sculptures monumentales ou
fonctionnelles d’Yves de La Tour d’Auvergne, lui
conférant alors une réputation internationale. Puis,
dans les années 80, il expose dans des galeries
renommées, notamment à Paris, Los Angeles et
New York.
Yves de la Tour d’Auvergne travaille comme il le
définit lui même suivant le principe d’incertitude.
Ses sculptures fonctionnelles offrent autant de
ressentis que de positions. Leur volume se pose
comme un dialogue face à la lumière, et l’ombre
sur la forme crée un échange pour qu’il n’y ait plus
de fin, et le regard de chacun peut y déceler un
décryptage différent.
A l’origine de ses recherches l’artiste, devenu
paralysé durant une période, avait choisi le papier
comme base de ses travaux. Léger et maniable
à souhait le papier s’est imposé à lui. Pierre Daix,
parlant de son oeuvre, écrivait : «... Si le papier lui a
beaucoup apporté, il en a réinventé les possibilités
et la blancheur en se créant un matériau nouveau
qui lui permet en même temps la grande dimension
et des effets de surface enrichis jusqu’à un certain
moelleux parce qu’il y associe résine et poudre
de marbre. Ainsi il a recréé un travail sur le bloc
à partir d’un blanc immaculé et résistant à l’aide
duquel il peut enrichir le jeu des surfaces, faire
intervenir des contrastes entre formes anguleuses
et souplesse, produire aussi bien des impressions
de ductilité que d’architecture stable. De là un
langage d’un extrême liberté qui lui a permis tout
le mouvement de ses couples que j’analysais tantôt,
un langage que La tour D’auvergne peut conduire
aussi bien à la réalisation de petites sculptures
d’ambiance, à la rénovation des formes du mobilier
qu’à la monumentalité... » (1)
(1) In « Yves de La Tour d’Auvergne », Pierre Daix,
2000, Editions Benteli, Berne.