Maria Helena Vieira da Silva

Présentation

Originaire de Lisbonne, l?artiste portugaise s?est rapidement exilée en France où elle a été une des fondatrices de l?école de Paris. D?abord figurative, au milieu des années 1930, Maria Helena Vieira da Silva ébauche son style en forme de patchwork qui la rendra mondialement célèbre.

 

Ses toiles reflètent son goût pour les surfaces divisées baignant, surtout à partir des années 1970, dans la lumière si caractéristique du Portugal. Souvent à la frontière entre figuration et abstraction, le monde de cette artiste en quête d?infini est construit à partir d?unités colorées et de lignes qui s?enchevêtrent en créant des espaces labyrinthiques. On pense parfois à Lisbonne, sa ville natale, même si elle y a fort peu vécu. Le monde de Vieira est ouvert sur un chaos accepté, sur l?indécision comme règle de conduite.

Solidaire dans sa démarche, l?artiste noue un dialogue avec le passé. La perspective se donne comme thème du temps, comme une manière de faire respirer le tableau. L?artiste s?approche paradoxalement de la perspective classique dans les compositions les plus abstraites. Vieira refuse de « focaliser », préférant la « globalité de la vision ». Elle peint des tableaux sans centre affirmé, pour ouvrir le champ de vision. Le monde n?est plus tenu à distance, les images viennent au spectateur comme elles sont venues à l?artiste.

 

« La perspective me passionne. Pas cette perspective scientifique, mais celle retrouvée, faites d?un rythme, d?une musique. Parvenir à suggérer un espace immense dans un petit morceau de toile. »

 

Maria Helena Vieira da Silva